logo-bretagne

ISLANDE  – TRUITES DE LA REYKJADALSA ET DE LA GRANDE LAXA I ADALDAL

brittany-fly-fishing-drapeau-iceland

Brittany Fly Fishing vous propose l’accès exclusif à la superbe rivière Reykjadalsá, affluent de la partie basse de la Grande Laxá I Adaldal, dans le Norðurland eystra (Nord-Est), à 45’ de route d’Akureyri, deuxième agglomération d’Islande.

Brittany Fly Fishing est désormais l’agent de réservation exclusif de la Reykjadalsá pour la France et le Bénélux.

Véritables paradis pour la pêche de la truite fario en surface (mouche sèche et émergente), nos parcours privés de respectivement 37 km et 2,5 km de long sont accessibles de juin à mi-septembre.

La Reykjadalsá est un véritable joyau.
C’est un affluent de la Laxá I Adaldal, sa vallée (Reykjadalur) étant parallèle à celle de sa grande sœur (Adaldalur). 
Sa largeur est relativement modeste sur la partie supérieure (10 à 15 mètres), où elle s’écoule dans des gorges plutôt faciles d’accès (nombreux sentiers vers la rivière) au cœur de landes rases.
Son lit est ici parsemé de blocs de roches et ses eaux vives, avec une alternance de rapides peu profonds et faciles à pêcher en wading, entrecoupés de pools un peu plus creux. C’est un paradis pour les adeptes des pêches en sèche des postes pour y débusquer la fario à l’affût, le long des berges ou autour des roches. Une rivière de type “freestone” typique. Les truites sont très opportunistes dans leur alimentation en surface si bien que la qualité de la présentation prévaut souvent au choix de la mouche. Théoriquement moins productive que la partie moyenne et inférieure, la haute Reykjadalsá abrite pourtant de gros poissons (50+) si bien qu’il convient de ne pas descendre en dessus de ø0,14 mm en pointe si l’on veut avoir une chance de les glisser dans l’épuisette.
C’est au Nord de Laugar, village où se situe notre lodge, soit à l’aval du premier tiers supérieur, que la Reykjadalsá jusqu’alors torrentueuse, s’assagit en déroulant ses méandres dans une vallée plus ouverte, en creusant son lit dans un substrat volontiers sédimentaire. La rivière est partout facile d’accès, les coups très marqués et l’on peut s’attendre à voir un ”gros nez” percer la surface dans chaque méandre, chaque pool, le long de chaque berge creuse et de chaque obstacle naturel dont la fario sauvage affectionne particulièrement la proximité. La pêche y est “challenging” et réclame une approche plus fine, avec de plus longs bas de ligne et des posés plus délicats. C’est à ce prix que l’on pourra “se connecter ”avec une truite de plusieurs livres.
Poursuivant sa course, la Reykjadalsá se perd un temps dans le lac Vestmannsvatn qu’elle traverse, avant de ressurgir pour, quelques kilomètres plus bas, mêler ses eaux à la Grande Laxá, ou Laxá I Adaldal, considérée à juste titre comme une des 5 meilleures rivières à truites fario sauvages d’Europe.

Sur notre parcours de 2,5 km de long, La Laxá I Adaldal est une large rivière (jusqu’à 200 mètres), peu profonde, facile à pêcher en wading et peuplée de nombreuses truites trophées pesant jusqu’à 4 kg. Plusieurs îles parsèment notre parcours de “Hraun”, créant autant de bras plus abrités des vents dominants qui balayent parfois la rivière en cours de journée. La Grande Laxà est la rivière à truites trophées d’Islande. Deux pêcheurs opèrent simultanément sur le parcours pour limiter l’éducation des poissons. C’est l’endroit idéal pour aller faire le “coup du matin” ou le “coup du soir”, après le dîner, lorsque le vent tombe, sachant que compte tenu de la latitude de l’Islande (287 km au sud-est du Groenland, à quelques kilomètres au sud du cercle polaire arctique), les nuits sont très courtes en été et il est littéralement possible d’opérer canne à mouche en main 22h sur 24 !!
Nous avons également accès, moyennant un supplément journalier, à d’autres parcours de la Grande Laxà, pour ceux qui adorent dérouler de la soie et voudraient se consacrer principalement à cette exceptionnelle rivière.

Quelques chiffres :

Les statistiques de captures de la Reykjadalsá sont impressionnantes. En 2019, ce sont près de 3000 truites fario de plus de 40 cm qui ont été capturées et relâchées sur l’ensemble des parcours.
A cela s’ajoute 100 saumons Atlantique qui remontent la Reykjadalsá à partir de fin juin, sans oublier de nombreux ombles arctiques migrateurs (arctic char) qui stationnent volontiers dans le lac.
La pêche du saumon Atlantique est possible sur nos parcours sans supplément, sachant que le gros de la troupe, principalement constitué de “grisle”, arrive fin juin, leurs tailles se situant dans la fourchette des 1,5 kg à 3 kg (3-6lbs). Ils sont accompagnés de saumons plus gros, jusqu’à 12 lbs (6 kg).
Compte tenu des dimensions modestes de la rivière et de sa faible profondeur, en dehors de quelques pools du cours inférieur, la Reykjadalsá se pêche avec des cannes à une main et des soies flottantes. Les eaux sont d’une grande clarté si bien qu’il est possible de pêcher les grands migrateurs à vue, en noyée, en mouche sèche ou à la nymphe. La méthode du “riffling hitch” est particulièrement efficace.
Les ombles arctiques se cantonnent majoritairement au cours inférieur de la rivière et leurs bancs (poisson plutôt grégaire) affectionnent particulièrement la sécurité des eaux du lac Vestmannsvatn sur lequel, en opérant en wading, il est possible de réaliser de très belles pêches avec un matériel de type lac/réservoir. Ces ombles chevalier migrateurs mesurent le plus souvent entre 45 et 55 cm, les plus gros atteignant 60 cm pour 3 bonnes livres (1,5 kg).

Un maximum de 6 pêcheurs opèrent sur l’ensemble du linéaire chaque semaine tout au long de la (courte) saison de pêche, autant dire que la pression de pêche est extrêmement faible, certains parcours de la rivière sont totalement vierges, surtout sur la partie supérieure, dans les gorges, dans un somptueux décor.

Mon planning de guidage privilégie la pêche et des journées en pleine nature.
Après un copieux petit-déjeuner, départ vers la rivière (véhicule de location de type 4×4) vers 9h et pêche jusqu’à 19h avec une pause pique-nique au bord de l’eau (si la météo le permet). Après de dîner, retour à la rivière et coup du soir pour ceux qui le souhaitent avec possibilité de prolonger au-delà de minuit si les conditions sont favorables.
Arrivée le dimanche. Pêche du lundi matin au dimanche midi. 6 jours et demi de pêche.

L’AVIS DU GUIDE

Les truites islandaises, poissons endémiques 100% sauvages se défendent avec opiniâtreté, vélocité et puissance. Même les poissons de taille moyenne (35 à 45 cm) offrent des combats homériques. De véritables brutes qui excluent le recours à des fils de diamètres inférieurs à ø0.14 mm si l’on veut avoir le plaisir de les glisser dans l’épuisette pour les admirer. Ces poissons peu sollicités n’en restent pas moins extrêmement méfiants, d’autant plus qu’ils sont âgés, si bien que la qualité de l’approche et du poser prévalent souvent au choix de la mouche, pas toujours déterminante, en dehors des grands lisses de l’aval de la rivière et de la Grande Laxá, sur lesquels les plus belles truites peuvent faire preuve d’une grande sélectivité (gnats et autres midges).
La Reykjadalsá et la Laxá I Adaldal s’écoulent au cœur de paysages d’une grande beauté ce qui rajoute une indéniable dimension à l’action de pêche sur ces eaux pures et claires comme du gin. Possibilité de mixer tourisme et pêche (pour les accompagnant(e)s non pêcheurs) ou de prévoir une semaine supplémentaire 100% tourisme tant les merveilles naturelles situées à proximité sont nombreuses : 
Goðafoss, la chute des dieux est l’une des plus belles et plus connues cascades d’Islande, croisières d’observation des baleines et autres cétacés dans le fjord Eyjafjörður, bains naturels du lac Mývatn, le “lagon bleu du nord” (eaux géothermales), balades à cheval près d’Husavik, exploration des îles Hrísey ou Grímsey (au large d’Akureyri, ces îles sont un paradis pour les oiseaux…), visite des maisons de tourbe de Laufás, découverte de la chute Dettifoss, du canyon d’Asbyrgi. Sans oublier la visite d’Akureyri, deuxième plus grande ville d’Islande après Reykjavik, avec seulement 20 000 habitants. Akureyri est souvent appelée “la capitale du Nord”.

Espèces recherchées

Périodes proposées en 2020 :

Séjours guidés par mes soins :

  • Semaine 24 : 08 juin au 14 juin
  • Semaine 25 : 15 juin au 21 juin
  • Semaine 36 : 31 août au 06 septembre
  • Semaine 37 : 07 septembre au 13 septembre

Tarifs :

À partir de 4 400€*
*Base 6 pêcheurs (chambres doubles et salle de bain privatives), 6 ½ de pêche non-stop, guidage expert (12h/jour), pension complète, location de voiture et vols Paris/Reykjavik/Akureyri.
*Hors assurance et hôtel Reykjavik (nuit supplémentaire éventuelle).

Séjours libres :

  • En juillet et août (pension et assistance complètes). En fonction des disponibilités du lodge et de mon partenaire local.

Islande | Galerie Photos

0