logo-bretagne

RIVIÈRES CACHÉES

Irlande-Flag

Les petites et moyennes rivières sur lesquelles je guide de manière quasi exclusive n’ont pas de nom, ni de coordonnées GPS…

Elles sont littéralement truffées de truites 100% sauvages très actives en surface car théâtres d’éclosions multiples et variées. Elles serpentent au cœur d’un bocage de petites parcelles délimitées par des haies (la forêt linéaire) pâturées en extensif par des bovins, des ovins et des chevaux. Ici pas de maïs, de pesticides, de drainage des zones humides. Résultat d’un modèle agricole qui, dans ces vallées perdues, n’a pas beaucoup évolué depuis 20 ans…
Les éclosions sont multiples : éphémères, sedges, plécoptères, insectes terrestres, tout fait ventre pour de belles Fario, combatives à souhait.

Nous ne sommes pas ici au pays de la truite trophée (pour cela il faut tenter sa chance sur le lough Sheelin plus au Nord), mais un paradis pour la pêche en sèche de truites jusqu’à 30/35 cm, les plus belles et les plus discrètes atteignant 40 cm.

Il y a sans aucun doute quelques spécimens encore plus gros (mes amis irlandais m’ont témoigné des captures de truites jusqu’à 3,5 lbs sur petites rivières) mais c’est principalement pour la qualité de pêche que je guide sur ces cours d’eau hors des sentiers battus.
En effet, ce qui devient de plus en plus rare chez nous, c’est à dire des truites qui gobent franchement des insectes de toutes tailles dérivant en grande quantité, est ici quotidien, quand les conditions sont évidemment favorables, la meilleure période étant à mon sens de mi-Avril à mi-Juin.

Je ne suis pas un adepte du “scoring”, mais quand cela rigole, il n’est pas rare de faire monter 40 à 50 poissons “corrects” en 5/6 heures de pêche. On met d’ailleurs souvent plus de temps à combattre, décrocher, libérer son poisson, sécher sa mouche, vérifier son bas de ligne qu’à prendre un nouveau poisson.

Malgré leurs dimensions modestes, ces rivières sont très intéressantes à pêcher en binôme, entre amis, à chacun son gobage ! Une pêche très active, ludique et contemplative à la fois. Avec le guide en soutien pour adapter la stratégie, donner les bons conseils, les bonnes mouches, démêler l’indémêlable, refaire les nœuds et les pointes et capturer en photo et vidéos de belles émotions…
Tu loupes au ferrage, la belle te casse ou te fausse compagnie dans un herbier ou dans une racine, qu’à cela ne tienne…tu passes à la suivante 2 mètres plus haut, quand ce n’est pas 50 cm à droite ou à gauche.

Depuis que je pêche ces cours d’eau perdus, j’ai retrouvé le vrai goût de la pêche des petites et moyennes rivières en sèche, celle que je pratiquais il y a 30 ans sur mes petits cours d’eau bretons : l’école de l’approche, du placement, de la précision, des lancers courts, du ferrage éclair et…du choix de la mouche. Quel bonheur d’assister à la dérive simultanée de 4 ou 5 espèces d’éphémères distincts, sans parler des sedges, sialis, chiros, et de toutes sortes de bouchées flottantes.

Plus tard en saison, les débits peuvent être trop faibles pour garantir une pêche de qualité en dehors des extrémités du jour.

J’ai également accès à une vaste propriété privée, au travers de laquelle serpente une superbe rivière large de 10 à 20 mètres selon les endroits. Il est ici possible de dérouler de la soie et de pratiquer en plus de la sèche, la pêche à la nymphe, au fil et la pêche en noyée classique, voire même au streamer. De belles surprises y sont à prévoir.

Je garde l’identité de ces cours d’eau “secrets” pour moi et les clients qui me font confiance. Mes séjours en Irlande sont exclusivement guidés si bien que je serais toujours à vos côtés pour vous faire découvrir ces petits paradis cachés. Une clause de confidentialité figure d’ailleurs dans mes contrats de voyage.

Irlande Rivières Cachées | Galerie Photos